Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Tadukli, le Kabyle Magazine

Magazine artistique, politique et culturel de la Kabylie. Cet espace prône le dialogue entre les peuples et les cultures. Il est ouvert aux autres cultures du monde.

Entretien exclusif avec Abdenour Said Lhadj, co-auteur de Pucci 3 (adaptation en kabyle de Age de Glace 3): « Le public a besoin de voir des films dans sa langue maternelle »

Publié le 7 Juillet 2010 par Karim Kherbouche in Interviews

Age_De_Glace_13.jpgLes comédiens Abdenour et Smail Said Lhadj, Mebarek Aftis et Ben Youcef Nassira ne sont plus à présenter. De leur petit village perché sur les hauteurs de Ain El Hammam, ils ont conquis toute la Kabylie, voire au-délà, avec l’adaptation des différentes versions du film d’animation Age de Glace.

Ils récidivent encore une fois en mettant sur le marché récemment Pucci 3 et c’est déjà un succès phénoménal… L’un des artisans de ce produit, Abdenour Said Lhadj a accepté de répondre à nos questions.    

 

Pucci 3 est depuis quelques jours sur le marché, il fait un carton…

En effet, nous recevons des centaines d’appels téléphoniques par jour des quatre coins du pays pour nous remercier depuis la sortie de Pucci 3. Cela dépasse nos prévisions et nous encourage à persévérer pour être toujours à la hauteur des attentes de ce formidable public.   

 

Comment avez-vous eu l’idée de l’adaptation de films en kabyle ?

Je peux dire que ça remonte à notre enfance pour moi et mon frère Smail. Vers l’âge de treize et quatorze ans, nous mettions notre téléviseur sous mode silencieux et nous parlons, à tour de rôle, à la place des acteurs ! (rire) Par la suite, nous avons acquis un ordinateur et nous nous sommes initiés aux logiciels de l’audio-visuel. Notre ambition n’est pas restée à ce stade. Une fois, nous étions en train de regarder le film Ice Age à la télé comme tout le monde, nous sommes tombés sous le charme des personnages, c’est ainsi que l’idée de l’adapter dans notre langue maternelle est née. Au départ, nous ne savions pas du tout que cela plaise ou non. Cela prouve que le public a besoin de voir des films de qualité dans sa langue maternelle. Les voir dans d’autres langues, c’est bien mais ce n’est pas pareil.  

 

Dans quelle ambiance se sont déroulées les différentes étapes de la réalisation de Pucci3 ?

Nous sommes avant tout frères, donc ça se passe dans un climat plutôt familial qui a eu des effets positifs sur la qualité de notre produit. Au départ,  nous n’avions pas les moyens de notre politique mais nous avions la politique de nos moyens, d’ailleurs vous pouvez voir vous-même l’évolution sur tous les plans depuis la version 1 de Pucci.    

 

Avez-vous une anecdote à nous raconter ?

Une fois, durant l'enregistrement, Smail qui a donné sa voix au personnage Bahlat dans Pucci 3, et par souci de réussir un passage, il a craché en direction de l'écran de projection, il voulait reproduire ce qu’a fait Bahlat….. Tout s’est mis à rire à gorge déployée !

 

Comparativement à Pucci 2, une voix féminine (Nacéra, voix de Mica) a intégré votre groupe, pourquoi ?

Il n’y a pas mieux qu’une femme pour reproduire la voix et les sensations féminine. Je remercie Nassira de l’avoir fait aussi brillamment. 

 

Qui sont les Abdenour Said Lhadj, Smail Said Lhadj, Mbarek Aftis et Benyoucef Nassira ? 

Abdenour et Smail sont frères, Mebarek est un ami et Nassira est une jeune fille de Ain El Hammam que je considère comme une étoile montante du cinéma.                  .   .

 

Quel est le secret de la réussite de votre film ?

Je pense que quand on attache de l’importance à ce qui se passe au sein de la société et quand on traite les thèmes qui marque l'actualité sous un angle comique, on ne peut que plaire au public. J'espère qu'on récidivera avec Pucci 4 incha allah !  

 

 

Certains colportent, notamment sur le net, une rumeur selon laquelle vous n’aviez pas eu l’autorisation du réalisateur Carlos Saldanha, qu’avez-vous à dire

Quand une œuvre obtient un succès, il faut s’attendre à être la cible d’esprits malintentionnés.  C’est peut-être par jalousie que ces gens écrivent ces choses-là sur le net sous couvert de l’anonymat. Je soupçons les gens du métier d’être derrière ces rumeurs. Ils n’osent pas nous poser cette question directement et ils jettent du faux pour avoir du vrai. Moi, je leur dis, ayez confiance en vous-même, vous êtes capables d’égaler, voire de surpasser les plus grands de ce monde.      

Nous, nous avons cru en nous-mêmes et en nos chances. Au départ, nous nous sommes dit que nous n’aurions rien à perdre si on contactait les réalisateurs de ce film. Et nous avons obtenu ce que nous voulions. A l’heure qu’il est, nous entretenons de bonnes relations avec eux.

 

Quel est votre prochain film ?

Notre prochain film s'intitulera Penda Kung Fu et en kabyle c'est Qazbul d Kung Fu.    

 

Entretien réalisé par Karim KHERBOUCHE

 

Retrouvez toute l’actualité de la chanson kabyle en particulier et de la culture amazigh en général sur :

 logo-chanson-kabyle.JPG

 

Commenter cet article