Matoub

Mardi 5 juillet 2 05 /07 /Juil 19:27

matoub-lounes-le-resistant.jpg

matoub-lounes-le-resistant (1)

Mohamed Gaya, jeune auteur en tamazight, né en 1974, appartient aux rangs du MCB qu’il intègre dès la fin des années 80, comme il est membre fondateur du comité RAJ de Tizi Ouzou.

Diplômé et formateur en langue amazighe, il intègre la Ligue Algérienne des Droits de l'Homme.

En l'an 2000 il devient Président du Comité Local d'Ath Douala de la Fondation Matoub Lounès et membre de son conseil d'administration.

A partir de 2001 il devient collaborateur du journal Izuran "Racines" en Tamazight.

En 2002 il sera élu 2ème vice-président de l'association culturelle de son village Tighzert.

 

Pour acquérir le livre, cliquer ici: http://www.boutique-berbere.com/fr/137-matoub-lounes-le-resistant.html

Par Bylka - Publié dans : Matoub - Communauté : Pour que vive la musique kabyle!
Cliquer ici pour Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 26 juin 7 26 /06 /Juin 16:19

Matoub aux USA Comme un coup fatal porté en plein coeur
On m’annonçait ta mort en ce jeudi de Juin
Un peuple entier se muait dans la douleur
De perdre ses têtes et ses apôtres un à un.

Tu chantais Djaout, Boucebsi et Boudiaf
Ton nom a aujourd’hui allongé la liste.
D’autres chantent déjà ton nom, cristallisé
Toi qui es entré dan la légende berbère.

Du rang de héros, de chantre de l’amaziɣité
On retiendra que tu es mort pour tes idées !
Ces idées que tu as fait vibrer par tes mots et tes mélodies
Au gré du cri de tes entrailles, du soubresaut de ta voix.

A toi, l’artiste,

Pour que tu n’oublies pas que l’atavisme se regénère
Pour que tu ne pleures pas sur cette langue berbère, ennemi des siens

Nous prendrons ta mort comme une preuve de courage
Toi qui t’es livré corps et âme pour défendre ton identité
Toi qui restes définitivement ancré dans nos mémoires

Toi qui pour l’éternité sera évoqué au rang des Kahina et autre Mammeri

N’oublies pas Lounès qu’ils t’ont lâchement assassiné
Car ton combat devenait trop draineur de foule
Tu leur faisais peur Lounès et aujourd’hui encore plus
Car malgré ton exil, ton emprise est encore plus forte
Il y a derrière toi des millions de MATOUB !

Repose en paix !

Taninna, copyrighted

Par Bylka - Publié dans : Matoub - Communauté : Pour que vive la musique kabyle!
Cliquer ici pour Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 26 juin 7 26 /06 /Juin 16:00

veille matoub lounes marseille 2011

Plusieurs artistes participent à une "Soirée artistique à la mémoire de Lounès MATOUB et Ameziane MEHENNI samedi 25 juin au Centre Culturel Mirabeau de Marseille. Scène ouverte à partie de 21h.

Par Bylka - Publié dans : Matoub - Communauté : Pour que vive la musique kabyle!
Cliquer ici pour Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 26 juin 7 26 /06 /Juin 13:48

Lounes Matoub le Rebelle Un vibrant hommage a été rendu, hier, au barde de la chanson kabyle, Matoub Lounès, à l’occasion du 13e anniversaire de sa disparition.

La fondation qui porte son nom, en collaboration avec l’association Tagrawla et le comité de village, a mis sur pied un riche programme d’activités. Un recueillement a été organisé à Taourirt Moussa, village natal du défunt, dans la daïra de Beni Douala, à Tizi Ouzou. «Nous avons invité plusieurs associations culturelles de Béjaïa et de Tizi Ouzou pour prendre part aux festivités du 13e anniversaire de l’assassinat de Lounès», nous a expliqué le secrétaire général de la fondation Matoub. Au menu de ces journées commémoratives figurent aussi, entre autres, un concours de poésie, des projections vidéo et des présentations théâtrales.

Les fans du «Rebelle» ont pris d’assaut les lieux de l’exposition où l’on peut visiter des stands consacrés essentiellement à l’œuvre et au parcours de l’auteur de la célèbre chanson Aghouru (trahison). Dans le sillage de cette commémoration, la fondation Matoub appelle également à un rassemblement, pour aujourd’hui à 10h, devant la cour de justice de Tizi Ouzou, afin de réclamer, encore une fois, la vérité sur l’assassinat du «Rebelle». «Les villageois de Taourirt Moussa se sont mobilisés comme un seul homme pour marquer cet évènement de manière grandiose et rendre un vibrant hommage à Lounès», a déclaré Malika Matoub qui estime aussi que treize ans après la disparition de son frère, on repose toujours les mêmes questions sur les circonstances de son assassinat. «On demande l’étude balistique, la reconstitution des faits et l’audition des témoins», a-t-elle ajouté. «On veut que la justice fasse son travail. L’enquête complémentaire a été diligentée par le magistrat pour revenir au point de départ car, l’affaire, elle est toujours en instruction. Je n’ai reçu pour le moment aucune convocation au sujet d’une éventuelle programmation du procès. Je veux aussi préciser qu’on ne s’est pas constitué contre Medjnoun et Chenoui, on s’est constitué comme partie civile dans le procès de l’assassinat de Lounès», a précisé la sœur du défunt. Le «Rebelle» a été assassiné par les forces du mal un certain 25 juin 1998, sur la route de Beni Douala.

lounes-matoub-deces Le procès a été plusieurs fois reporté. Il devait se tenir en juillet 2008, en présence de 51 témoins mais il n’a pas eu lieu. Il sera enrôlé avant la fin de session criminelle en cours, à la cour de justice de Tizi Ouzou, selon Me Aït Habib, avocat de Malik Medjnoun, l’un des deux accusés. Il a précisé, pour rappel, que «le magistrat chargé de l’affaire a terminé son travail et a transmis le dossier au parquet général lequel a demandé à la présidence du tribunal criminel de programmer cette affaire». «Le comité de soutien à Medjnoun, élargi aux comités de village de Beni Douala, a adressé un courrier au procureur général, lui demandant de programmer le procès Matoub», lit-on dans un communiqué du comité de soutien à Medjnoun. Ce dernier est en détention provisoire avec son coaccusé Abdelhakim Chenoui, à la maison d’arrêt de Tizi Ouzou, depuis plus de 12 ans.

Hafid Azzouzi; El Watan
Par Bylka - Publié dans : Matoub - Communauté : Pour que vive la musique kabyle!
Cliquer ici pour Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 26 juin 7 26 /06 /Juin 13:45

matoub cerceuil Renvoyé plusieurs fois, le procès de l’assassinat du chantre de la chanson kabyle, Matoub Lounès, aura probablement lieu au tribunal criminel près la cour de Tizi Ouzou en juillet prochain.

C’est ce qu’a confirmé Me Aït Habib, avocat de Malik Madjnoun, l’un des accusés dans l’affaire. Toutefois, aucune date précise n’a été donnée au sujet de la tenue de ce procès. Seulement, Me Aït Habib a rappelé que «le complément d’enquête demandé  par la famille Matoub a été achevé le 16 juin dernier. Le rapport d´enquête a été transmis au procureur général, et ce dernier a ordonné la programmation du procès pour la session criminelle en cours. Il aura probablement lieu en juillet prochain», a-t-il expliqué. Il faut rappeler que le procès de l’assassinat du rebelle devait se tenir le 7 juillet 2008, mais il a été reporté par le juge qui a demandé une enquête complémentaire et l’audition des 51 témoins qui figurent dans la liste qui a été remise par la famille du défunt à la justice.

Notons qu’un comité de soutien à Malik Madjnoun a vu le jour dans la wilaya de Tizi Ouzou. Il exige la tenue du procès Matoub. La famille du rebelle, de son côté, estime qu’il n’y a pas de preuves qui déterminent que Chenoui et Medjnoun sont les auteurs ou les commanditaires de l’assassinat de Lounès. Deux présumés auteurs de l’assassinat de l’artiste kabyle sont actuellement en détention provisoire à la maison d’arrêt de Tizi Ouzou depuis mai 2000. Il s’agit de Chenoui et Medjnoun. 

Hafid Azzouzi, El Watan

Par Bylka - Publié dans : Matoub - Communauté : Pour que vive la musique kabyle!
Cliquer ici pour Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 26 juin 7 26 /06 /Juin 13:42

Matoub avec le Dalaï Lama Les treize années qui nous séparent de la disparition tragique de Matoub Lounès, victime d’un lâche attentat non élucidé à ce jour, n’ont altéré en rien l’aura et la popularité de ce prodigieux artiste, à l’avant-garde de tous les combats démocratiques et identitaires.

Des milliers de personnes, parmi lesquelles de nombreux jeunes universitaires, continuent aujourd’hui à perpétuer à travers des actions et luttes multiformes les idéaux portés par celui qu’ils continuent de nommer affectueusement «Le rebelle». Dans un pays où les symboles mobilisateurs sont tombés en désuétude, la référence à cet artiste d’exception capable de fédérer les grandes foules lorsqu’il s’agit de lutter contre l’injustice, de mener des combats émancipateurs en faveur des femmes ou de barrer la route à l’intégrisme religieux est, à l’évidence, salvatrice pour une jeunesse en mal de repères.

Ses chansons, qui combinent merveilleusement la beauté de la mélodie et la poésie engagée, continuent aujourd’hui à être diffusées dans certains campus universitaires à l’occasion des grands mouvements de contestation et, souvent même, lors des manifestations à caractère politique et syndical qui se déroulent en Kabylie, Boumerdès et Alger. Son parcours exceptionnel de poète et chanteur de génie, ayant légué à la postérité près d’un millier d’œuvres immortelles, sa vie tumultueuse ponctuée par plusieurs tentatives d’assassinats contre sa personne, les affres de la prison subies en raison de son combat identitaire, sa traumatisante séquestration par un groupe islamiste et le soutien populaire massif dont il a toujours bénéficié chaque fois qu’il s’est trouvé en difficulté, aussi bien avec le pouvoir qu’avec les intégristes, en ont fait un artiste d’exception tel qu’on trouve aujourd’hui dans certaines publications littéraires des comparaisons avec des poètes universels comme Frédérico Garcia Lorca et Boris Vian. En France, en Belgique et au Canada, apprend-on, certains chercheurs auraient même commencé à plancher sur son œuvre et ses divers combats pour l’émancipation et la démocratie. Dans son riche répertoire, Matoub a chanté l’amour, la situation de la femme algérienne, l’émigration, les luttes pour la liberté et l’émancipation des peuples.

Matoub avec Madame Mittérand Il supportait, en effet, très mal l’injustice, la dictature et l’intégrisme et ne se gênait pas pour le clamer haut et fort à travers de nombreuses et emblématiques chansons qui lui ont valu de féroces inimitiés de la part du pouvoir et des islamistes qui les lui ont, du reste, très violemment exprimées (grièvement blessé par le tir d’un gendarme, emprisonnement, enlèvement-séquestration par un groupe islamiste, assassinat). Un travail de sape avait également été engagé contre lui pour le discréditer auprès de la population, en lui collant, notamment, les étiquettes de séparatiste et de personnage moralement dépravé par des excès de toutes sortes, ce qui est évidemment faux, ce dernier revendiquant haut et fort à travers ses œuvres et, notamment, son livre Le Rebelle, publié en 1994, dans lequel il écrivait on ne peut plus clairement : «Il y a encore peu de temps, je limitais mon combat à la Kabylie. Je dois apprendre à me battre pour la société algérienne dans son ensemble. Les témoignages venus de partout, de Tlemcen, de Annaba, d’Oran, la chaleur qu’ils dégageaient, les encouragements qu’ils contenaient m’ont fait profondément réfléchir. Ce n’est pas suffisant de se battre seulement pour soi, lorsque le destin d’une nation est en jeu».

Pour atteindre ce large public, Matoub a désacralisé la musique et le texte pour les mettre au goût du plus grand nombre. Il a, pour ce faire, bouleversé le contenu des textes pour leur donner une plus large portée populaire ainsi que son support musical qu’il a davantage rapproché des styles chaâbi, andalou et universel qu’il a du reste fini par parfaitement maîtriser. La chanson kabyle a pu ainsi progressivement sortir du périmètre régional dans lequel elle était cantonnée. De simple rituel local exprimé à l’occasion de fêtes ou de deuils, la chanson est ainsi, petit à petit, devenue un moyen d’expression et de médiation parfois plus redoutable que certains médias, cette dernière étant naturellement relayée par la population, notamment lorsqu’elle adhère au contenu du texte et à la beauté, comme c’est souvent le cas de la mélodie.

matoub- isabelle adjani Cette transformation de la chanson kabyle, en mode d’expression universel à laquelle Matoub, mais également d’autres chanteurs (Idir, Aït Menguelet, Ferhat M’henni, etc.) ont beaucoup contribué aura le mérite de poursuivre et d’amplifier la portée des messages sociopolitiques que certains chanteurs de l’émigration (Slimane Azem, Chikh El Hasnaoui, etc.) avaient tenté d’émettre longtemps avant eux. Il y a, et cela est très largement visible dans les campus des universités de Tizi Ouzou, Béjaïa, Bouira, Boumerdès et certaines facultés d’Alger, un «effet Matoub» perceptible à travers un penchant quasi naturel de très nombreux étudiants pour ses chansons, les discussions fréquentes autour de son parcours de militant, ses courageuses résurrections, et bien entendu autour de son lâche assassinat et du troublant traitement judiciaire réservé à cette très grave affaire qui traîne dans les arcanes de la justice depuis treize ans. Les funérailles du chanteur qui drainèrent, on s’en souvient, des centaines de milliers de personnes et entraînèrent des émeutes ayant duré plusieurs semaines dans plusieurs localités du pays, apportent la preuve, s’il en fallait une, du profond ancrage du «Rebelle» dans la société algérienne. Mais, s’il est indéniable que le décès tragique du poète a effectivement été ressenti comme un terrible choc, force est de constater qu’il n’entrave en rien les combats démocratiques et identitaires dont il fut l’un des principaux fers de lance. Sur le terrain, le mouvement associatif plus que jamais inspiré par le «Rebelle» se relaye continuellement pour faire avancer encore plus les revendications démocratiques et identitaires dont il était le chantre.
  Djamila Fernane. Post-graduante à l’université de Tizi Ouzou

Par Bylka - Publié dans : Matoub - Communauté : Pour que vive la musique kabyle!
Cliquer ici pour Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 26 juin 7 26 /06 /Juin 13:33

La Une du quotidien Le Matin au lendemain de l'assassinat de Matoub Fin juin 1998, Abderrazak est toujours dans la région de Sidi Ali Bounab. Il est formel.

L’assassinat du chanteur Matoub Lounès est l’œuvre de Hassan Hattab. C’est lui qui l’a organisé et participé à son exécution, et ce, en application de la fetwa émise par Abou Mossaâb Dichou. Celle-ci condamnait à mort Matoub pour les propos qu’il tenait au sujet des terroristes. Il a revendiqué l’attentat, mais la réaction de la population lui a fait peur au point d’être allé voir la mère de Matoub, pour lui dire que le GSPC n’avait rien à voir avec le crime. 

C’est ce qui l’a poussé à rendre public un autre communiqué, qui a suscité la colère au sein de son organisation. Hassan Hattab a pris également part à l’embuscade ayant visé Kasdi Merbah, en août 1993, le tuant sur le coup, avec son fils Hakim âgé de 25 ans, son chauffeur, Hachemi Aït Mekidèche, son frère, Abdelaziz Khalef, et son garde du corps, Abdelaziz Nasri. Il était aux côtés de Hakim, Toufik et Zoheir. Deux groupes se sont chargés de cette opération.  Le premier a loué une villa mitoyenne de celle du défunt Kasdi Merbah pour guetter ses mouvements ; puis, dès que son véhicule est arrivé, le signal a été donné aux exécuteurs pour le cribler de balles.

Salima Tlemçani; Source: El Watan

 

Par Bylka - Publié dans : Matoub - Communauté : Pour que vive la musique kabyle!
Cliquer ici pour Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 23 juin 4 23 /06 /Juin 19:05

 

Lounes-Matoub-Tikli.jpg

L’association TIKLI - Etudiants Berbères Paris 8 - rend hommage à Lounès Matoub.

Vendredi 24 Juin 2011

Université Paris 8 (Saint-Denis)- 15h00 - salle D005 -

Projection du film

Lounès Matoub, la voix d’un peuple
(en présence du réalisateur Youcef Lalami).

Et des inédits sur la vie et l’œuvre de Lounès Matoub…

Renseignements :
            01.49.40.64.96       /             06.64.84.74.00      .
Mail : tikliparis8@yahoo.fr

Université Paris 8 Saint-denis, 2 rue de la Liberté
métro ligne 13 terminus université

Par Bylka - Publié dans : Matoub - Communauté : Pour que vive la musique kabyle!
Cliquer ici pour Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 22 juin 3 22 /06 /Juin 13:24

Matoub-copie-2Il y a déjà treize ans que nous quittait notre idole et chantre des causes justes, le grand chanteur kabyle Lounes Matoub. Il nous a quittés seulement physiquement car en chacun de nous sommeille un Matoub plus que jamais déterminé à porter ses idées, ses rêves et ses combat. Rien ni personne ne pourra nous faire peur ou nous reculer dans notre marche vers l’instauration d’un Etat de droit en Algérie, un Etat où tout un chacun aura sa place, quelque soit son origine, sa couleur de peau, sa langue, sa religion, son obédience politique…

C’est ce rêve-là que nous a légué Matoub et nous ne pouvons pas le remercier assez.

Il y a treize, quand un Jeudi 25 juin 1998, au début de l’après-midi, la nouvelle de l’assassinat s’est propagée telle une traînée de poudre dans toutes la Kabylie, jamais le bouche-à-oreille n’a fonctionné avec autant d’efficacité. D’abord, nous n’avons jamais cru qu’on pouvait tuer Matoub, car étant notre héros et notre idole depuis notre petite enfance, il était immortel à nos yeux. Ils ont osé toucher à l’intouchable, nous ne leur pardonnerons jamais le mal qu’ils nous ont fait.

A l’occasion de ce 13 ème anniversaire, soyons nombreux à nous rendre à Taourirt-Moussa pour déposer des fleurs sur tombe pour dire à ses lâches assassins que Matoub est toujours vivant et qu’ils ne pourront plus le tuer ! Que son combat continuera jusqu’à son aboutissement total ! Que sa voix continue d’ « exploser » comme il le disait dans sa chanson « Mazal ssut-iw ad yebeâzeq ! »

 

Au nom de tous les fans de Matoub

Par Bylka - Publié dans : Matoub - Communauté : Pour que vive la musique kabyle!
Cliquer ici pour Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 18 juin 6 18 /06 /Juin 15:26

Matoub aux USA1

 


Matoub Lounès "La Grande Manip" Doc C+(1/2)... par djamkabyle

Par Bylka - Publié dans : Matoub - Communauté : Pour que vive la musique kabyle!
Cliquer ici pour Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires

Algérie/ Apprendre le français

Communiquer en francais couverture 1

Intéressant ouvrage pour apprendre à communiquer en français dans la vie de tous les jours (Au téléphone, sur Internet, au bureau, dans la rue...). Disponible en librairies en Algérie.

Prix: 200 DA.

Meilleur chanteur kabyle 2011

Pour votez

1- Copier ce lien sur votre navigateur: 

localhost/sondages/sondage-gratuit-52006_94806.php


2- Remplacer localhost par www.JPG et votez !

Chanteurs kabyles par Karim Kherbouche

Bienvenue à toutes et à tous !

  • Chanson kabyle
  • : Chanson kabyle
  • : Magazine électronique de la chanson kabyle en particulier et de la culture berbère en général. Cet espace prône le dialogue entre les peuples et les cultures. Il est ouvert aux autres cultures du monde.
  • Partager ce blog
  • Retour à la page d'accueil

Nos artistes en images

  • Nancy Ajram la plus sexy des chanteuses orientales-copie-2
  • Zayen à Bagnolet
  • festival-africolor affiche
  • bebe berbere prenom-interdit037551
  • Oulahlou (3)
  • Sexy woman6

Créer un Blog

Vidéos clips




Syndication

  • Flux RSS des articles

Calendrier

Octobre 2014
L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    
<< < > >>
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés